Magasin automatisé : la solution durable

L’automatisation répond à des besoins liés les uns aux autres. En effet, elle répond d’abord aux vôtres, à ceux de votre entreprise. Mais vous-mêmes dépendez des attentes de vos clients. Alors comment équilibrer augmentation des flux et environnement ? Ces mots sont-ils réellement antinomiques ?

Non ! La durabilité est l’un des trois grands facteurs de la production industrielle et poursuit cette tendance pour les années à venir.

Entreprise & Environnement

L’affaire de tous

Presque tous les investisseurs considèrent que la démarche environnementale de leurs partenaires est essentielle. Le secteur logistique n’échappe donc pas à la règle. Et qui dit environnement dit aussi impact social et dans la gouvernance. On parle alors de performances ESG : environnementales, sociales et de gouvernance.

Automatisation & écologie

L’impact environnemental fait partie de toutes les stratégies actuelles. On ne peut plus l’ignorer et les nouvelles générations sont en demande. Alors si une entreprise veut renvoyer une bonne image de sa marque, il lui est nécessaire de s’y plier. Mais ce n’est pas une contrainte, bien au contraire. La RPA (Robotic Process Automation : technologie avec IA sur un robot logiciel pour automatiser les tâches récurrentes) va permettre d’engager des initiatives écologiques et gagner en efficacité. La robotisation peut servir à :

  • la gestion de données (WMS, WCS)
  • suivre/analyser les performances par rapport aux objectifs environnementaux (émissions CO2 par exemple)
  • rationaliser les processus

Data & écologie

Car pour mesurer réellement les impacts environnementaux de la mise en oeuvre de votre stratégie ESG, il faut pouvoir quantifier/mesure/analyser. De fait, s’équiper de logiciels de collecte des données concernées est nécessaire et entrera dans le choix de votre WMS, par exemple.

Cette collecte va vous permettre d’identifier les écueils et les gaspillages. En ciblant les postes et processus à corriger pour répondre à la stratégie ESG, voire à les transformer. La transformation digitale va permettre de réduire l’empreinte carbone de l’entreprise : dématérialisation des procédures, automatisation de la supply chain, réduction de l’énergie informatique…

Les objectifs ESG

Puisque votre entreprise veut et doit être transparente sur son fonctionnement, elle met en place une stratégie ESG (Environnement, Social, Gouvernance). Cette stratégie va créer de la valeur à long terme. Pour la mettre en oeuvre clairement, il faut prendre en compte plusieurs facteurs :

  • les objectifs environnementaux et de durabilité
  • les processus à automatiser
  • les processus déjà en place à ajuster
  • l’analyse des données et des performances pour rendre compte de la stratégie ESG qui doit être publiée annuellement

Concrètement, que faire ?

On l’a déjà expliqué, l’automatisation est une étape incontournable dans le contexte actuel. Près de la moitié des tâches humaines pourraient être automatisées. Nous entrons dans l’industrie 4.0, soit la 4e révolution industrielle avec son lot d’innovations technologiques et sa transformation numérique : IoT, robotique, intelligence artificielle…

Maîtriser ses ressources

La durabilité, c’est maîtriser sa consommation énergétique. Il faut donc penser à une stratégie globale d’optimisation énergétique à l’échelle de l’entreprise. Il faut agir sur la collecte des données et l’alimentation des locaux, penser en termes d’énergie verte. Aujourd’hui il n’y a pas de solution miracle, car toutes ont des avantages et des inconvénients.

Toutefois, réduire sa dépendance au gaz devient essentiel. Agir localement plutôt que délocaliser à l’étranger va évidemment jouer sur l’empreinte carbone en termes de transport. Bien sûr que les circuits courts sont à privilégier et la demande existe réellement.

Enfin, pourquoi ne pas opter pour des systèmes transitiques évolutifs, qui sauront s’adapter aux évolutions des métiers et de l’entreprise ? Le revamping est une réflexion à mener dès l’automatisation d’un entrepôt.

Des logiciels à la pointe

Les logiciels métier sont dès lors extrêmement utiles : ils vont collecter les données et les analyser. Ils vont étudier et apporter des pistes de transformation. Tel poste peut encore être amélioré, untel consomme trop sous cette forme… Un logiciel WMS va aider à la maîtrise de la supply chain de l’entrepôt, voire à la mise en conformité réglementaire. Mais surtout, il permet la maintenance prédictive ou encore le revamping : en anticipant l’obsolescence d’une machine, on peut résoudre le problème avant qu’il ne survienne.

Un équilibre nécessaire

L’automatisation des entrepôts, leur localisation, leur source d’énergie verte (éoliennes, pompes géothermiques, panneaux solaires), la réduction des déchets… Entre la technologie et l’homme, l’équilibre doit être trouvé afin de répondre aux enjeux environnementaux de l’entreprise, mais aussi des clients. L’engagement RSE ainsi que les performances ESG dépendent de l’implication de toutes les parties prenantes.

La technologie va remplir les tâches à faible valeur ajoutée, les tâches répétitives. Cette informatisation engage dès lors des opérations résilientes et améliore la qualité de vie des collaborateurs tout en participant à votre image de marque.

Peut-on y arriver ?

Bien sûr !

Par contre, il ne faut pas imaginer que cela se fera sans peine. En investissant réellement dès la réflexion de votre automatisation, vous pensez à votre ROI sur le long terme. L’automatisation modifie en profondeur les habitudes de travail mais c’est une étape vitale dans un secteur compétitif où la main-d’œuvre se raréfie alors que la demande explose. Et justement parce que les besoins sont en constante augmentation, il est d’autant plus important de réfléchir à une approche globale environnementale à travers la RSE et les enjeux ESG de votre entreprise.

 

Vous avez des questions ? 🙂

 

Projet LEROY MERLIN La Madeleine

Projet LEROY MERLIN La Madeleine

La solution conçue et réalisée par MTKSA permet d’automatiser le flux de marchandises depuis un entrepôt de distribution en banlieue parisienne jusque dans les zones logistiques de chaque étage du magasin, qui lui se trouve en centre-ville.

Une solution qui présente des avantages importants :

  • La voie publique n’est pas encombrée par les opérations de déchargement.
  • Le temps de déchargement est très rapide.
  • Plus de sécurité pour les personnes (pas de chariot élévateur ou de gerbeur).
  • La disponibilité de la solution est élevée (l’élévateur de palette est plus robuste que le monte-charge).
MTKSA projet CARRIER

La charge est préparée sur un convoyeur automatisé avant d’être transférée dans un camion.

projet CARRIER

Dans le magasin, le véhicule est pris en charge par un système de guidage et de mise en référence devant le convoyeur de déchargement.

Le conducteur raccorde la remorque au système de conduite automatisé puis active le déchargement qui s’effectue en une minute.

 

L’ensemble compact de palettes est transformé en un flux de palettes isolées qui sont acheminées vers les 4 étages du magasin.

Un élévateur assure le transfert des marchandises dans les étages.

Les marchandises sont disponibles pour être stockées dans la zone de mise à disposition ou acheminées vers la surface de vente.

La quantité de stock tampon dans la zone de mise à disposition s’adapte au bâtiment

Du bon usage d’un élévateur de palettes automatisé

Du bon usage d’un élévateur de palettes automatisé

Utiliser un élévateur de palettes est une chose, l’automatiser en est une autre. En effet, l’utilisation se fait différemment et les enjeux ne sont pas les mêmes. En revanche, ce qui est certain, c’est que l’automatisation fera gagner en sécurité et en temps.

De quoi parle-t-on ?

D’abord, l’élévateur de palettes est là pour assurer les déplacements verticaux (on parlera de convoyeurs), d’assurer la charge/décharge des camions ou encore lors de l’opération d’emballage ou d’apport de la marchandise à l’opérateur. En bref, comme son nom l’indique, il va élever les palettes/marchandises à plusieurs mètres du sol.

Automatiser pour optimiser

On ne se leurre pas : plus votre entrepôt gère de flux, plus il doit s’automatiser afin d’assurer des flux continus H24/7J. Les élévateurs manuels serviront dans de petits entrepôts ou sur de petites chaînes de production. En revanche, avec la demande digitale exponentielle, les systèmes automatisés ont une place de plus en plus prépondérante dans les entrepôts.

Un système : plusieurs missions

Un système de manutention peut servir à plusieurs chaînes logistiques tout comme il peut évoluer avec votre entreprise ou vos besoins, voire vos développements.

La table élévatrice

Tout est dans son nom, une fois encore. C’est une plateforme pouvant se lever et s’abaisser à la hauteur souhaitée. Cette table peut se composer d’une emprise de sol ou alors sur roulettes, de ciseaux pour le levage et la descente de la table et de la plateforme où se pose la marchandise.

La table est alimentée par un groupe hydraulique ou électrohydraulique qui va actionner les vérins reliés aux ciseaux. La table peut être commandée par une boîte boutons ou alors avec une pédale. Ses avantages sont indiscutables : stabilité de la plateforme, hauteur réglable, adaptable (gamme d’accessoires et convoyeurs pour accompagner le système, intégration dans un système de manutention plus vaste) et mobile (grâce à des socles sur roues ou un châssis). Sa capacité d’élévation est impressionnante puisqu’elle peut même être installée dans une fosse ou avec des ciseaux multiples. Enfin, la maintenance sur ce système est minime bien que nécessaire et obligatoire.

En entrée ou en intégration de système

En entrée de circuit, la table servira à charger les palettes à hauteur du système intralogistique ou alors à un poste d’inspection. En intégration, elle va compenser les différences de niveaux entre les convoyeurs de l’entrepôt ou encore pour lever la marchandise à la hauteur de l’opérateur afin d’en faciliter la manipulation pour assurer sa sécurité comme sa bonne santé.

Le convoyeur vertical

Communément appelé élévateur automatique de palettes, il s’intègre dans un système plus large pour déplacer les charges sur une hauteur de plusieurs mètres comme une mezzanine. La hauteur maximale étant de 40 mètres, cela vous donne tout loisir d’avoir plusieurs niveaux de stockage ! Il se gère donc dans un système plus large de convoyeurs grâce à des logiciels WCS et WMS. L’automatisation gère donc l’ensemble de la supply chain : de l’arrivée de la palette jusqu’au choix de son emplacement de stockage.

Le must

Le convoyeur vertical optimise les flux marchandises et la productivité, par conséquent. Avec une vitesse de croisière d’1 m/sec et supportant les basses températures (pour les entrepôts frigorifiques), il s’accompagne d’un système de sécurité avec des clôtures de protection.

On voit grand chez MTKSA

L’intégralité d’un système de transitique, l’intralogistique d’un entrepôt, tout se réfléchit en amont. La communication entre le client et le prestataire est essentielle afin de comprendre les enjeux, les besoins et les attentes. 

Chez MTKSA, on étudie votre projet et on analyse vos données de logistique puis on se fait force de proposition. L’automatisation d’un entrepôt est incontournable aujourd’hui et si l’investissement initial est conséquent, le ROI se fait dans les 3 ans. Il ne faut donc pas hésiter : cet investissement est important, mais vous le récupérez avec la réduction des déplacements, avec la préservation de la santé de vos collaborateurs et vous réduisez les erreurs grâce à la gestion par WMS.

 

Et si on en parlait ? 😉

Projet LEROY MERLIN La Madeleine

Projet LEROY MERLIN La Madeleine

La solution conçue et réalisée par MTKSA permet d’automatiser le flux de marchandises depuis un entrepôt de distribution en banlieue parisienne jusque dans les zones logistiques de chaque étage du magasin, qui lui se trouve en centre-ville. Une solution qui présente...

lire plus
Zoom sur le convoyeur automatique

Zoom sur le convoyeur automatique

Le convoyeur automatique est le système de manutention le plus courant utilisé en entrepôt car il va vous permettre de gagner du temps. Faisons le point.

Des entrepôts : des convoyeurs

Définition

D’après le dictionnaire, le convoyeur est un appareil de manutention continue en circuit fermé, servant au transport aérien ou au sol de charges ou de matériaux. Tout est dit, le système est là pour vous faciliter la vie, que ce soit de manière horizontale ou verticale, voire sur plan incliné (eh bien oui, la terre est ronde et non parfaitement plate). 

Il s’agit donc d’opérer l’acheminement des marchandises dans un entrepôt ou dans ses différentes zones logistiques. La manutention continue n’est alors plus effectuée par des opérateurs, l’installation automatisée effectue l’approvisionnement ou le stockage sur la supply chain.

Pendant le transport des marchandises, des opérations peuvent être effectuées.

Les typologies

Les convoyeurs sont nombreux, autant qu’il y a de supply chains. Parmi les plus courants, on peut citer :

  • les convoyeurs à rouleaux pour le transfert de marchandises ou de produits à dimensions contraintes (caisses, boîtes).
  • les convoyeurs à chaînes pour les charges lourdes à cause de leur structure d’appui au sol qui les rend difficilement convoyables sans incident autrement (palettes, containers).
  • les convoyeurs à bandes pour le vrac de produits sur courte distance (mines, carrières, construction, agriculture et agroalimentaire par exemple).
  • les élévateurs à godets pour les carrières par exemple ou dans la sidérurgie pour le levage.
  • les transporteurs à vis sans fin pour des solides de petite taille (granules, cristaux, poudres) ou semi-liquides (pâte, boue) à débit important.
  • les convoyeurs à air comprimé pour les charges légères à grande vitesse.

En entrepôt

Plus généralement, un entrepôt de marchandises utilisera des convoyeurs à rouleaux ou à chaînes. Sur le même principe qu’un tapis roulant (cf. en supermarché lorsque vous faites vos courses et que vous allez à la caisse), le convoyeur se munit d’une bande de roulement à surface lisse, d’une tôle métallique pour son support, un tambour de tête et un de queue générant le mouvement, d’une dispositif de réglage de tension et bien sûr d’un moteur électrique.

De l’utilisation d’un convoyeur automatique

Qu’il soit vertical, horizontal ou sur plan incliné, le convoyeur est très polyvalent. Ses applications sont nombreuses dans un même entrepôt et cela va se définir dès l’étude de projet.

Le transfert des marchandises

En premier lieu, le convoyeur est là pour assurer le lien entre différents points de la plateforme logistique. Il permet de relier deux entrepôts, un entrepôt à une production, d’une production à la zone de stockage… 

Les opérations dans le cycle d’une marchandise

Une marchandise arrive, est stockée, est parfois transformée puis expédiée. De fait, les convoyeurs vont être installés dès les quais puis permettront un lien avec différentes zones de stockage en fonction de la marchandise. Ces marchandises pourront ensuite être acheminées vers des opérateurs logistiques afin de préparer le produit à une expédition à terme. En bref, les convoyeurs assurent la charge et la décharge des produits sans intervention humaine.

Quels avantages ?

L’automatisation a plusieurs finalités que vous aurez comprises :

  • gain financier : si l’investissement initial est lourd (tiens, c’est de circonstance), le ROI est rapide et avec une maintenance régulière, l’automatisation est un investissement de longue durée.
  • gain de productivité : l’automatisation des tâches à faible valeur ajoutée permet de dispatcher les opérateurs vers de nouvelles fonctions et surtout permet des flux continu H24/7J. De plus, les erreurs sont réduites grandement grâce à la gestion automatisée (WMS)
  • gain de sécurité : les opérateurs ne sont plus soumis au port de charge, les accidents sont réduits.
  • adaptabilité : les systèmes peuvent être adaptés quasiment à tous les entrepôts, ils sont modifiables et peuvent accompagner votre évolution logistique.

Votre convoyeur @MTKSA

Chez MTKSA, on réfléchit avec vous sur la solution de mécanisation des flux adaptée à vos besoins. En effet, le convoyage peut aussi s’opérer de manière verticale entre les différents niveaux de votre entrepôt. Là encore, le transfert vertical peut se réaliser grâce à des élévateurs.

Notre mission est de vous aider à automatiser et donc optimiser vos flux de marchandises pour vous faire gagner en productivité et en sécurité.

Le déplacement vertical

Nous avons l’expertise et l’expérience nécessaire pour vous accompagner dans le système qui vous conviendra le mieux. On le sait, les entrepôts peuvent très rarement s’agrandir au sol. Par conséquent, ils prennent de la hauteur à condition d’être équipés d’un système transitique adapté. Sa mission ? Transporter automatiquement les produits vers des lignes sur différents niveaux, les alimenter et assurer les allers-retours tout en préservant vos opérateurs de ces tâches répétitives, fatigantes et risquées.

Le déplacement horizontal

Plusieurs systèmes peuvent s’associer. Il ne suffit pas d’assurer le déplacement des marchandises d’un niveau à l’autre. S’il peut s’effectuer de manière horizontale aussi, c’est même la première étape. En effet, même si vous ne stocker qu’au sol, la manutention n’en reste pas moins éreintante et aujourd’hui, toute perspective d’évolution de votre entreprise passe par une transformation de vos méthodes en vous automatisant. Les convoyeurs sont aussi là pour assurer la charge et le déchargement des produits sur les quais et dans les camions, ils peuvent apporter la marchandise auprès des opérateurs pour l’emballage ou la production.

 

On en parle ? 😉

 

Projet LEROY MERLIN La Madeleine

Projet LEROY MERLIN La Madeleine

La solution conçue et réalisée par MTKSA permet d’automatiser le flux de marchandises depuis un entrepôt de distribution en banlieue parisienne jusque dans les zones logistiques de chaque étage du magasin, qui lui se trouve en centre-ville. Une solution qui présente...

lire plus
Projet CARRIER

Projet CARRIER

MTKSA a réalisé une solution qui permet à la société Carrier de transférer les palettes de compresseurs depuis la réception vers la zone de stockage. Une ligne de manutention automatisée permet de créer un stock tampon équivalent à la quantité livrée par un camion. Grâce à elle, l’opérateur peut décharger rapidement un véhicule et libérer le quai. La prise en charge de ce flux de palettes pour les ranger sur les racks de stockage peut être réalisée ensuite par le même opérateur.

MTKSA projet CARRIER

Un second flux, depuis le stock vers l’unité de production, permet de préparer un lot de compresseurs (et de créer un stock tampon) équivalent à l’activité d’une équipe. Cette préparation permet de libérer le service production de cette phase d’approvisionnement.

projet CARRIER

MTKSA a conçu une machine qui automatise le transfert des compresseurs depuis la ligne de convoyeur sur un chariot de préparation. Cette solution permet d’éviter l’utilisation de chariot élévateur dans l’unité de production et les risques liés à la coactivité avec les techniciens.

Les charges transportées (palettes) sont de dimensions et de poids variables ; de 1400 à 1900 mm de long x de 680 à 760 mm de large et de 450 à 1500 kg.